• Auprès de toi mon frère

    (Marc Lavoine / C. Casenave)

    [À mon frère aîné tel que j'eusse voulu qu'il fût s'il n'y avait eu entre nous une ennemie incontournable au nom innommable d'Alzheimer]

    À nos amours à nos amis perdus

    À nos idoles un peu déchues

    À nos combats nos rêves presque nus

    À nos voyages au bout de la rue

     

    À nos silences à nos hivers frileux

    À nos croyances autour du feu

    À nos secrets à nos trains de banlieue

    À nos parents aux jours heureux

     

    Je lève encore mon verre un peu comme une prière

    Sans violons et sans pleurer

    Je marche de travers auprès de toi mon frère

    Peux-tu encore me protéger

    Je me laisse aller

     

    À nos enfants à nos désirs de vivre

    À nos vieux profs et à leurs livres

    À nos princesses charmantes qu'on délivre

    À nos nuits blanches nos bateaux ivres

     

    Je lève encore mon verre un peu comme une prière

    Sans dire un mot et sans pleurer

    Je marche de travers auprès de toi mon frère

    Veux-tu encore me protéger

    Je me laisse aller

     

    À nos chagrins nos bonheurs partagés

     

    Je lève encore mon verre un peu comme une prière

    Sans violons et sans pleurer

    Je marche de travers auprès de toi mon frère

    Peux-tu encore me protéger

    Je me laisse aller

     

    Je me laisse aller

    Auprès de toi mon frère

    Je me laisse aller

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Samedi 31 Mars à 19:48

    Je t'aime, toi qui ne me reconnais plus.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :