• L'Inconnu du crépuscule

    (Auteur : Marceau Piana / Compositeur : Michèle Garance)

    Maigre comme la mort

    Vous m'êtes apparu

    J'ai heurté votre corps

    À l'angle de la rue

     

    Vous ne sentiez pas bon

    Vous étiez mal rasé

    Vous frôliez les maisons

    Pour ne pas tituber

     

    Je venais de croiser

    Un être qui fut beau

    Que l'on a cru aimer

    En lui brisant le dos

     

    J'ai su que vous n'étiez

    Déjà plus parmi nous

    Je me dois d'avouer

    Que j'ai eu mal pour vous

     

    Vous n'espériez plus rien

    Sur ce triste trottoir

    C'était votre chemin

    Celui de chaque soir

     

    J'aurais voulu au moins

    Vous voir ouvrir les yeux

    Vous prendre par la main

    Et vous parler un peu

     

    Le temps de réagir

    Trop tard me retourner

    Je vous ai vu franchir

    La porte d'un café

     

    Comment vous oublier

    Il se pourrait bientôt

    Que vous me retrouviez

    Dans ce petit bistrot

     

    Comment vous oublier


  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Janvier à 20:51

    Bonsoir à toi,

    un texte très touchant, une bien belle musique .

    J'aime beaucoup ta façon de chanter sur cette très belle compo .

    Bravo à toi

    j'aime beaucoup

    amicalement

    claude smile

    2
    Lundi 15 Janvier à 22:14

    Merci,  cher Claude, ta fidélité amicale me touche. Je t'envoie de ce pas un courriel. À tout de suite, donc.

    3
    Dimanche 21 Janvier à 05:00
    Reste-moi cet inconnu, et continue à chanter juste et bien, et à sentir bon !
    Peut-être trinquerons-nous dans ce bistrot, que ce soit ici bas, ou là-haut...
    Je t'embrasse
      • Dimanche 21 Janvier à 11:13

        Merci d'étre toi  et là. Je t'embrasse aussi.

    4
    Mardi 23 Janvier à 18:11

    Cette chanson est pleine d'émotion !

    Un superbe texte et une musique sobre qui lui va bien !

    5
    Mardi 23 Janvier à 21:14

    Merci, frami. Il se trouve, en plus, que c'est un moment intense vécu il y a peu à Châteauneuf...

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter