• La Traîtresse

    (G. Brassens)

    J'en appelle à la mort je l'attends sans frayeur

    Je ne tiens plus à la vie je cherche un fossoyeur

    Qui aurait une tombe à vendre à n'importe quel prix

    J'ai surpris ma maîtresse au bras de son mari

     

    Ma maîtresse la traîtresse

     

    Je croyais tenir l'amour au bout de mon harpon

    Mon petit drapeau flottait au cœur de madame Dupont

    Mais tout est consommé hier soir au coin d'un bois

    J'ai surpris ma maîtresse avec son mari pouah !

     

    Ma maîtresse la traîtresse

     

    Trouverai-je les noms trouverai-je les mots

    Pour noter d'infamie cet enfant de chameau

    Qui a choisi son époux pour tromper son amant

    Qui a conduit l'adultère à son point culminant

     

    Ma maîtresse la traîtresse

     

    Où donc avais-je les yeux quoi donc avais-je dedans

    Pour pas m'être aperçu depuis un certain temps

    Que quand elle m'embrassait elle semblait moins goulue

    Et faisait des enfants qui ne me ressemblaient plus

     

    Ma maîtresse la traîtresse

     

    Et pour bien m'enfoncer la corne dans le cœur

    Par un raffinement satanique moqueur

    La perfide à voix haute a dit à mon endroit

    « Le plus cornard des deux n'est point celui qu'on croit »

     

     

    Ma maîtresse la traîtresse

     

    J'ai surpris les Dupont ce couple de marauds

    En train de recommencer leur hymen à zéro

    J'ai surpris ma maîtres équivoque ambiguë

    En train d'intervertir l'ordre de ses cocus

     

    Ma maîtresse la traîtresse

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :