• La Voix des enfants

    (C. Piana / M. Pierozzi)

    Je suis la voix qui vient des hauts plateaux des Andes

    J'appartiens à l'enfant du cuivre et du soleil

    Dont la terre était d'eau et de métaux vermeils

    Il ne lui reste rien que des mains qui se tendent

     

    Je suis la voix qui vient du pays des rizières

    J'appartiens à l'enfant qui vivait autrefois

    À l'abri du sourire apaisant de Bouddha

    Et qui court aujourd'hui tout nu dans la lumière

     

    Je suis la voix qui vient se confondre aux tam-tams

    J'appartiens à l'enfant que vous verrez demain

    Poser sur l'univers les grands yeux de la faim

    Et pétrir de ses doigts les seins creux d'une femme

     

    Je suis la voix qui vient s'éteindre au bord du Gange

    J'appartiens à l'enfant qui n'a plus de visage

    Mais un regard intense où dansent les images

    D'un paradis hindou où le bonheur se mange

     

    Je suis la voix qui vient d'un heureux continent

    J'appartiens à l'enfant qui ne manque de rien

    Ni de joie ni d'amour de chaleur ni de pain

    Mais qui ne veut plus vivre à côté des mourants


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter