• Le Bâtard

    (Auteur : Marceau Piana / Compositeur : Michel Pierozzi)

    Tu me dis que j'exagère

    De me plaindre de mon sort

    Quand je n'ai fait pour te plaire

    Qu'un imperceptible effort

    Mais lorsque tu me regardes

    De si près que j'en ai peur

    Ce sont mille et une échardes

    Qui me lacèrent le cœur

     

    Bien sûr je ne suis pas Danton

    Ni du Guesclin ni D'Annunzio

    Bien sûr Gainsbourg n'était pas sans raisons

    Plus séduisant qu'un hidalgo

    C'est sûr mais la bâtarde position

    Que de n'être ni laid ni beau

    Entre Lautrec et Rimbaud

    Je navigue incognito

     

    Tu dis que c'est une chance

    À condition cependant

    D'en garder pleine conscience

    Et d'en user finement

    C'est réconfortant peut-être

    Mais injuste malgré tout

    Quand d'autres n'ont qu'à paraître

    Pour qu'on tombe à leurs genoux

     

    Bien sûr je ne suis pas Danton

    Ni du Guesclin ni D'Annunzio

    Bien sûr Gainsbourg n'était pas sans raisons

    Plus séduisant qu'un hidalgo

    C'est sûr mais la bâtarde position

    Que de n'être ni laid ni beau

    Entre Lautrec et Rimbaud

    Je navigue incognito

     

    Tu me dis que j'ai des armes

    Que je fourbis bel et bien

    Tu appelles ça mon charme

    Redoutable et assassin

    Même si c'est plus durable

    Ne crois pas me consoler

    Moi qui me montre implacable

    Devant la médiocrité

     

    Bien sûr je ne suis pas Danton

    Ni du Guesclin ni D'Annunzio

    Bien sûr Gainsbourg n'était pas sans raisons

    Plus séduisant qu'un hidalgo

    C'est sûr mais la bâtarde position

    Que de n'être ni laid ni beau

    Entre Lautrec et Rimbaud

    Je navigue incognito

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Agnes11
    Mercredi 30 Mai à 11:43
    Que c'est beau et que ça te va bien.je te reconnais dans chacun de tes textes, grâce à leur élégante écriture et puis parce que j'y retrouve tes préoccupations,tes façons de ressentir d'éprouver. Je t'aime petit frère et t'embrasse fort
    2
    Mercredi 30 Mai à 14:53

    Moi aussi, je t'aime, mon agneau. Tu es celle qui me connaît le mieux, je crois. Et j'imagine ton sourire amusé à la lecture de ce texte. Que c'est bon, notre complicité... Je t'embrasse tendrement.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :