• Marie Jeanne Gabrielle

    (L. Capart)

    Marie Jeanne Gabrielle

    Entre la mer et le ciel

    Battu par tous les vents

    Au ras de l'océan

    Ton pays s'est endormi

    Sur de belles légendes

    Illuminant son histoire

    Gravées dans la mémoire

    Des femmes qui attendent

    Les marins d'île de Sein

     

    Raconte-nous l'enfant que tu étais

    Courant du sable fin aux galets

    Parle-nous de ces jeunes gens

    Sautant les feux de la Saint-Jean

    On pouvait croire au paradis en ce pays

    Chante-nous si tu t'en souviens

    Pour passer le raz de Sein

    Le cantique à sainte Marie

    Qu'on ne chante qu'ici

     

    Marie Jeanne Gabrielle

    Entre la mer et le ciel

    Battu par tous les vents

    Au ras de l'océan

    Ton pays s'est endormi

    Sur de belles légendes

    Illuminant son histoire

    Gravées dans la mémoire

    Des femmes qui attendent

    Les marins d'île de Sein

     

    La peine et l'ennui de l'automne à l'été

    On ne vit qu'au rythme des marées

    De la naissance au grand sommeil

    Règne le flambeau de la Vieille

    On mêle la cannelle au parfum des chandelles

    On dira pour embarrasser

    La mort : « Joie aux trépassés »

    Car sur cette terre fidèle

    Les âmes vont au ciel

     

    Marie Jeanne Gabrielle

    Entre la mer et le ciel

    Battu par tous les vents

    Au ras de l'océan

    Ton pays s'est endormi

    Sur de belles légendes

    Illuminant son histoire

    Gravées dans la mémoire

    Des femmes qui attendent

    Les marins d'île de Sein

     

    Quand le jour s'achève au-dessus de la grève

    Sur la pierre écorchée de l'île

    On croit voir au fond de la brume

    Comme des feux qu'on allume

    Ou la barque ensorcelée qui apparaît

    Menaçante elle vient jeter

    La peur sur les naufragés

    Et le noir habille la vie

    Des femmes du pays

     

    Marie Jeanne Gabrielle

    Entre la mer et le ciel

    Battu par tous les vents

    Au ras de l'océan

    Ton pays s'est endormi

    Sur de belles légendes

    Illuminant son histoire

    Gravées dans la mémoire

    Des femmes qui attendent

    Les marins d'île de Sein

     

    La vie a changé sur le court chemin

    Du Néroth à Saint-Corentin

    On ne reste plus très longtemps

    Isolés du continent

    Même les anciens ne reviennent

    Qu'au printemps

    Et la mer a tourné le dos

    Aux pêcheurs des temps nouveaux

    Elle entraînera les marins

    Loin de l'île de Sein

     

    Marie Jeanne Gabrielle

    Entre la mer et le ciel

    Battu par tous les vents

    Au ras de l'océan

    Ton pays s'est endormi

    Il garde son histoire

    Au plus profond des mémoires

    Et l'on dit à Paris

    Qu'il est beau le pays

    Des marins d'île de Sein 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :