• Réflexion anatomique

    (Auteur : Marceau Piana / Compositeurs : Marceau Piana et Michel Pierozzi)

    Lorsque j'étais enfant curieux de toute chose

    Quand j'ai réalisé qu'elle n'était qu'à moi

    Je l'ai domestiquée car loin d'être morose

    Elle avait des élans si fantasques parfois

     

    Bien qu'elle fût rebelle et peu volumineuse

    J'appris à m'en servir dès l'âge de raison

    Au hasard de mes choix j'avais la main heureuse

    Elle atteignait son but avec pénétration

     

    Si un jour elle était paresseuse ou paillarde

    Moi pour ne pas céder à la médiocrité

    Je la tenais au frais je la mettais en garde

    Contre les flagorneurs et la vénalité

     

    Maintes fois j'ai eu mal de l'arborer si raide

    Pour la troquer j'aurais trouvé mille alibis

    Pourtant je répugnais à recourir à l'aide

    D'une habile prothèse ou de la chirurgie

     

    Aujourd'hui je n'ai pas grand sujet de m'en plaindre

    Beaucoup l'ont effleurée tendrement de leurs doigts

    Par pudeur je n'irais certes pas jusqu'à peindre

    Son profil identique à tant d'autres ma foi

     

    Puis viendra le moment sénile et pitoyable

    Du ramollissement qu'on ne contourne pas

    Mais j'espère qu'alors d'un geste charitable

    Avant que je la perde on me la coupera

     

    Ne regardez pas ma braguette

    C'est de ma tête

    Qu'il s'agit là

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    1
    Courcelle
    Vendredi 13 Avril à 13:52

    J'aime bcp

    2
    Vendredi 13 Avril à 14:14

    Merci, petite Marie, cela ne m'étonne pas de toi, j'ai toujours su que tu étais une... cérébrale.

    3
    Vendredi 13 Avril à 21:56
    Je te reconnais tout entier mon Marceau dans cet élégant quiproquo. Mais je peux te dire que ta tête n'est pas près de ce "ramollisement" joliment évoqué. Mille bisous tendres petit frère.
    4
    Vendredi 13 Avril à 22:14

    Tu es celle qui me connais le mieux et depuis presque aussi longtemps que j'ai existé. Ton commentaire est d'autant plus précieux. Je le garde au creux de mes bras., il s'additionne à tout ce qui me lie à toi déjà.

    5
    Koalajimi
    Mardi 17 Avril à 18:12
    Loin d'avoir ni queue ni tête, et si proche de ton talent. Bandant, forcément!
    Tendres bisous d'un rescapé
    6
    Mercredi 18 Avril à 16:04

    Quelle joie de te revoir ici ! Je pensais que tu nous avais tous laissés tomber... Ton "rescapé" m'inquiète. Je t'envoie un courriel tout de suite.

    Tendres bisous à toi d'un "presque" rassuré.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :